LE CORONAVIRUS...PETIT PAR LA TAILLE MAIS GRAND PAR SES CONSÉQUENCES...


En complément de mon dernier post sur le sujet du coronavirus je voudrais ici apporter à nouveau quelques précisions et (de nouveau) insister ou remettre à niveau quelques idées reçues et donner un peu de baume au cœur des plus pessimistes (si si, je vous assure il y en a…)

Egalement il est nécessaire d’insister sur les précautions à prendre en ce qui concerne les « fake news » qui chaque jour font la une de certains médias comme, il y a quelques jours la fausse nouvelle disant que tous les étrangers venant de pays à haut risque (comme la France) étaient systématiquement mis en quatorzaine à leur arrivée. Nouvelle heureusement très vite démentie par les autorités thaïlandaises.

Il y a quelques semaines je faisais un point et j’avais la surprise de voir parmi les commentaires combien le monde est divisé (demi-surprise en fait car la division est le mode de pensée de notre monde moderne…)

Certains (heureusement les plus nombreux), pensaient qu’au travers du catastrophisme de ce fameux coronavirus, la montagne allait accoucher d’une souris et les autres qui pensaient qu’il fallait mettre au ban du tourisme TOUS les pays d’Asie du Sud Est en pensant qu’aller là-bas était la mort assurée ou presque…

Aujourd’hui qu’en est-il et essayons de faire le point (sans que je n’ai aucunement la prétention d’avoir la science infuse mais en tous cas, peut-être, une certaine capacité d’analyse).

Il y a encore peu, chacun pensait qu’éviter l’Asie avec un grand A suffisait à se préserver de ce fameux méchant virus et qu’au fond mieux valait aller passer ses vacances en Italie ou sur une autre quelconque riviera pour être tranquille…

Pas de chance, après pas mal de tergiversations et manœuvres diverses d’études et d’essais de compréhension il s’avère que la chose n’est pas si simple et que ce que l’on croyait comme vérité ne l’est pas….

A savoir :

  1. Le virus est encore un inconnu et son comportement n’est de loin pas, ni connu ni prévisible

  2. Sa propagation échappe à tout ce que l’on prévoyait (pas tout mais certaines prévisions)…

  3. L’avenir est aussi incertain que celui de la politique ou de l’évolution de l’espèce humaine…

  4. La bêtise humaine dont on croyait connaître les limites est finalement bien au-delà…

Je ne parlerai pas de ce que l’on sait déjà, les médias en ont déjà largement fait l’écho et ne parlerai pas non plus de ce que l’on ne sait pas mais essaie de savoir et ce pour la même raison…

Je vais me contenter des faits :

  1. Il y a quelques semaines (ou jours) on disait que l’Asie de Sud Est était à bannir (sauf les organes officiels tel l’OMS qui faisaient très bien le tri).

  2. On prédisait une flambée sans précédent en Asie du Sud Est

  3. On prédisait une catastrophe planétaire

Aujourd’hui qu’en est-il ?

  • Une épidémie en Chine qui commence à décroître et qui va décroître de plus en plus

  • Une épidémie qui croît de plus en plus dans les autres parties du monde (hors Asie)

Analyse :

Ce n’est pas surprenant puisque, l’épidémie est plus ancienne en Chine et donc décroit plus tôt que le reste du monde, le pic ayant été atteint plus tôt, sans compter que les mesures prises par la chine et notamment le confinement de plus de 50 millions d’habitants de la province du Hubei ont été une mesure certainement efficace.

Aujourd’hui on voit donc une recrudescence des cas en Europe Italie, France et Allemagne notamment), Iran, Corée du Sud, Pays de Maghreb et Afrique du Nord ainsi que le Nigeria qui connait ses 1ers cas en même temps qu’une diminution des cas en Chine et une stabilité des cas en Asie du Sud Est.

Ceci n’est pas forcément anormal et ce pour différentes raisons :

  1. Le virus peut, comme tous les virus, une fois son pic atteint, décroître naturellement avant de disparaître (on est encore aujourd’hui en phase de supposition mais si on se réfère aux épisodes passés ce n’est pas un scénario que l’on peut écarter).

  2. Le virus, « à priori » n’aime pas la chaleur et même si aujourd’hui on ne sait pas comment se comporte ce coronavirus et que tous les épidémiologistes sont prudents, il est néanmoins admis que « généralement » ceux-ci se complaisent plutôt en climat frais et humide plutôt qu’avec une chaleur sèche (même si il y a des exceptions).

  3. Les mesures de prévention ont été plutôt efficaces assez tôt en Asie du Sud Est, dès que le virus a été connu. Pour exemple, les compagnies aériennes en Thaïlande désinfectent les avions entre chaque vol (du moins pour la plupart) ce qui, et surtout par rapport à ce que l’on connait du mode de transmission est une bonne initiative et ceci a été fait très tôt.

  4. Pour ne prendre que la Thaïlande, l’embrassade et la poignée de main n’est pas de mise, ici on se salue en joignant les 2 mains (le waï) donc on limite le risque de transmission.

  5. Contrairement à d’autres pays (comme la France notamment), la Thaïlande a une relative faible inter pénétration des pays frontaliers. Ceux-ci ne déversent pas des flots de touristes en Thaïlande et la grande majorité des touristes arrivent pas voie aérienne ce qui est plus facile à contrôler.

Le comportement des uns vis-à-vis des autres :

On est surpris de voir combien la communauté européenne est incapable de gérer d’une manière collégiale cette crise sanitaire.

En effet, on constate chaque jour que, en fonction de l’évolution, chaque état prend ses propres mesures mais que rien n’est fait au niveau collégial et européen ou en tous les cas pas assez même si on constate ici et là quelques initiatives communes mais largement insuffisantes..

L’Italie impose des quatorzaines ou des quarantaines à des villes entières, la France prend ses propres décisions et impose ce qu’elle peut…bref c’est un peu chacun pour soi dans une Europe qui pourtant devrait être « unifiée » face au problème mais il n’en rien ou presque…malheureusement.

L’imbécilité de certains :

On retiendra dans l’actualité que 3 pays (les Emirats Arabes Unis, le Koweït et Israël) interdisent les vols en provenance de ThaÏlande…(plus 1 commune de Belgique…)

On pourrait en sourire mais malheureusement on a plutôt tendance à en pleurer et constater que ces pays sont soit mal informés soit atteint de paranoïa aigüe soit… et c’est peut-être plus grave, en proie à des considérations politiques qui n’ont rien à voir avec le coronavirus.

Comment en effet interdire la Thaïlande avec ses moins de 50 cas et un taux de progression très faible du virus et permettre les voyages dans d’autres pays a beaucoup plus haut risque avec un taux beaucoup plus élevé… chacun fera sa propre analyse.

Que peut-être l’évolution sur les semaines et mois à venir :

Pour ce que l’on en sait, effectivement il est hardi et compliqué de faire des prévisions sans être sûr de ne pas se tromper.

Pour autant on peut certainement prévoir (avec la marge d’incertitude que cela comporte et l’humilité nécessaire en pareil cas) que le virus va décroître dans sa contamination en Chine et en Asie du Sud Est mais que par contre il va certainement croître dans les autres parties du monde.

Ce n’est pas étonnant et on a déjà donné les raisons précédemment.

Ceci simplement pour dire qu’il ne faut pas ni paniquer ni tirer des conclusions trop hâtives ou mettre au ban tel ou tel pays.

Aujourd’hui le monde entier est à la même enseigne ce qui n’était pas le cas il y a encore 2 à 3 semaines où l’Asie seule était pointée du doigt.

Aujourd’hui on constate que la France a bientôt 10 fois plus de cas que la Thaïlande et il en est de même pour bon nombre de pays y compris Européens donc on ne peut pas prendre comme acquis tel ou tel chiffre qui pourrait dire qu’il faille ou non se rendre dans un pays plutôt que dans un autre, ce ne serait pas rationnel.

Le comportement des touristes :

Contrairement à ce que l’on constatait il y a quelques jours ou quelques semaines, aujourd’hui on voit que le tourisme mondial dans son ensemble est à l’arrêt.

En effet, auparavant on pointait (sans savoir pourquoi car on avait peu de recul mais on mettait tout le monde dans le même sac) les pays d’Asie du Sud Est.

A ce jour, avec la flambée des nouveaux cas en Italie, en France, en Allemagne et encore d’autres la donne n’est plus la même.

Le tourisme mondial est à l’arrêt (sans compter le reste) et ce sans distinction de pays.

Qu’en sera-t-il demain ?

Difficile de le dire mais je me risque à donner ma propre analyse.

  1. Effectivement le coronavirus semble assez inadapté aux hautes températures (ce qui est le cas de beaucoup de coronavirus même si sur celui-ci nous n’ayons pas encore de certitudes). Ce qui peut expliquer que l’on ait relativement peu de cas dans les pays à hautes températures.

  2. Il pourrait sembler logique, compte tenu du climat des différents pays concernés, que la contamination flambe dans les pays européens et tous ceux dont la température n’est pas très chaude et que celle-ci diminue dans les pays où celle-ci croît.

Au niveau du tourisme de demain :

Encore une fois difficile à dire mais par rapport à tout ce que l’on a dit précédemment je pense que l’on peut peut-être envisager un phénomène de rebond.

  1. La distribution des rôles et des positions en termes de tourisme (classement) n’a aucune raison d’être modifiée dans la mesure où tout le monde est aujourd’hui logé à la même enseigne.

  2. Il pourrait (et devrait) y avoir un phénomène de « rebond ». A savoir que, une fois l’épidémie passée, les réservations devraient retrouver un rythme normal et certainement plus élevé, les annulations et décalages de voyage n’étant pas dans une idée de remplacement mais dans un décalage pur et simple en attendant d’en savoir plus, donc les agences locales devraient, dans un temps restant à définir, surmultiplier leurs réservations une fois la crise passée.

La situation actuelle :

Celle-ci est certainement plus grave pour les hôtels ou réservations « on site » que pour les agences qui font leurs réservations très souvent très en amont.

En effet on a vu dans les deniers jours et dernières semaines des annulations en cascades et bon nombre d’hôtels déplorent un taux de remplissage dramatique, de mêmes que les taxis, loueurs de bateaux et autres excursions qui ne travaillent plus.

Pour ceux-là la situation est effectivement gravissime.

L’attitude à tenir :

Pour ceux qui peuvent tenir il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur et attendre…

En effet, une fois la crise passée, les touristes seront de retour.

En ce qui concerne les touristes : difficile de les convaincre dans le cyclone de la crise actuelle mais on peut néanmoins leur dire que rien se sert de différer un voyage prévu dans quelques semaines ou mois, d’ici là le problème sera on l’espère réglé et tout sera comme avant, ce type d’épidémie n’étant ni le premier ni le dernier et que sans doute la médiatisation est en grande partie à l’origine d’une psychose qui n’a pas lieu d’être.

Les dégâts collatéraux :

Ils sont importants et sans doute générateurs de plus de morts que le virus lui-même.

  1. La paralysie de la Chine entraîne en cascade un nombre élevé de chômage partout dans le monde. La Chine étant l’ »atelier » du monde, sa paralysie paralyse aussi tous ceux qui en dépendent avec une répercussion mondiale sur les bourses et le spectre d’un effondrement général au niveau économique.

  2. Des faillites en cascades sur tous les sous-traitants dépendants de la Chine

  3. Au niveau humain, le chômage, la perte d’emploi, des divorces et autres conséquences humaines difficiles aujourd’hui à évaluer

En conclusion :

Ne pas céder à la panique.

Respecter les consignes élémentaires d’hygiène.

Prendre du recul et garder un bon sens élémentaire face à une crise sanitaire qui au final fera beaucoup moins de mort que la grippe saisonnière…

Il est d’ailleurs dommage qu’on ne fasse pas chaque jour, et en même temps que l’on publie les chiffres du coronavirus, une publication parallèle des cas de grippes et du nombre de morts entraîné par celle-ci.

Une question que l’on peut se poser également est celle de la vitesse de propagation des informations (vraies ou fausses) et de ce qui se serait passé il y a moins de 30 ans quand internet et les réseaux sociaux n’existaient pas… sans doute nous serions nous contenter d’une rapide information dans les journaux télévisés mais sans plus…

Finalement, si l’évolution que l’on connait se confirme, on conseillera bientôt aux européens de venir se réfugier en Thaïlande…. Comme quoi on est parfois surpris...

Pour vous tenir informé des dernières nouvelles et mesures prises par les autorités thaïlandaises cliquez sur ce lien : https://www.tourismthailand.org/

N'OUBLIEZ PAS DE COCHER LA CASE "Publier également sur Facebook" après votre commentaire

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Google+ Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Pinterest Social Icon
compte twitter de siam-holidays.com
page facebook de siam-holidays.com

SIAM HOLIDAYS

227 Moo 8 Changsawang
Nongkomkho tambon
NONGKHAÏ 43000
Thailand

Tel Thaïlande: +66 890 966 052 (jusqu'à 13h heure Française)

Tel France: +33 188 321 504 (jusqu'à 13h heure Française)

Mail: info@siam-holidays.com

Site: www.siam-holidays.com

LICENCE D'AGENCE DE VOYAGE T.A.T : 51/00801

N° T.V.A (V.A.T Number) : 3 4301 00099 22 1

petit fûté 2020
chaine youtube de siam-holidays.com
compte pinterest de siam-holidays.com
tripadvisor.JPG
marie claire.jpg

Police d'assurance n° / Insurance police nb :

BK-TAG-8423122 (MITTARE INSURANCE BANGKOK)

© 2017 by Siam-Holidays.com